AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 ton regard de braise me rend merguez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


ksos professionnel
avatar
Nam Kyu Bok
PRÉSIDENT TROP SWAGG
Voir le profil de l'utilisateur
POINT : 862
MERDES LAISSÉES : 610
ÂGE : 26

MessageSujet: ton regard de braise me rend merguez Mer 18 Juin - 12:39

Aujourd'hui était un grand jour pour moi. En plus d'être l'esclave d'une dizaine de personnes en même temps j'enchainais les paris foireux et surtout perdus pour que j'me retrouve au final à draguer un sois disant cageot. J'avais pas encore repéré ma proie tout ce que je savais c'est que j'irais piocher chez les péteux. Devait forcément y'en avoir plus que dans n'importe quelle autre fraternité. Pour préparer l'opération séduction j'avais pris le temps la veille de faire quelques soins du visage et pendre un bain au lait pour ses vertus revitalisantes. Ceci dit je devais surtout pas oublier d'enlever les tâches sur la serviette de bain parce que j'ai remarqué ce matin que ça sentait un peu le lait tourné. Bref. J'avais oublié à quel point l'école c'est nase. J'passais tranquillement dans les couloirs quand j'ai entendu le vieux dirlo me gueuler « Du came jeune homme, du calme ! » comme si il s'adressait à un pigeon ou une colombe ou je ne sais quoi. Ses méthodes fascistes fonctionnaient déjà à plein régime parce qu'on lui avait balancé que certaines personnes comptaient faire du campus un ring de boxe où toutes les fraternités se battraient pour déterminer laquelle était la meilleur. La mienne bien évidemment.  « Oui oui pardon m'sieur ! Au fait y'a une bibliothèque dans ce  campus de bouseux ? » Le vieux m'a balancé son béret à la gueule. C'est donc à ça que se résume ma vie ? Esquiver des objets ? Heureusement que j'avais de quoi me distraire un peu, et que j'avais un sens aigu pour tomber sur  ce que je cherchais au bon moment. J'ai marché un peu au hasard dans les couloirs jusqu'à tomber sur le saint graal.  « Ou...Ouaaaaaaaaaah....» J'ai toujours pensé que la bibliothèque était un genre de mythe style l'Eldorado ou l'Atlantide. La réalité était à chier. Sans déconner c'est quoi cet endroit ennuyeux à mourir ?? Pas étonnant que j'y avais jamais mis les pieds auparavant. D'un autre côté ça me rassurait de voir que j'avais rien loupé. Vous croyez que y'a des livres dans le genre kamasutra ici ?? M'enfin non, c'était pas le moment de flancher, j'étais venu ici dans un but bien précis. Et c'est assise à une table que je l'ai vu. La candidate parfaite ! Ni une ni deux je me suis dirigé vers elle plein d'assurance ;  « Je sais pas trop ce que vous trouvez de cool dans cet endroit de paumés mais je respecte vos croyances ! » Je me suis assis tout près d'elle.  « Enchanté, moi c'est Bokal, mais tu peux m'appeler Barquette. J'sais j'sais... J'dois probablement être le gars le plus sexy qui t'ai jamais parlé qui soit EN PLUS le merveilleux président de la meilleure fraternité qui existe. » Je lui ai sorti mon sourire de glandu. Ça se voyait que je l’impressionnais.  « J'sais pas toi mais moi je sens une de ses alchimies entre nous-deux là ! J'pense qu'on est assez adultes pour passer directement à la partie  « plus si affinités » tu crois pas ?? Héhé»




Revenir en haut Aller en bas


ksos professionnel
avatar
Yoon Da Nee
BRAIN, BOUQUINS
Voir le profil de l'utilisateur
POINT : 132
MERDES LAISSÉES : 110
ÂGE : 26

MessageSujet: Re: ton regard de braise me rend merguez Mer 18 Juin - 20:56

Aujourd'hui n'était pas vraiment un grand jour pour moi. Si pour certains cette journée marquait l'occasion de faire une nouvelle fois de plus, un tapage infernal dans les couloirs, elle me rappelait simplement que je n'avais toujours pas terminé mon projet sur les anomalies de la planète Mercure, et en tout bonne élève, ça me perturbait énormément. Comme l'été approchait à grand pas, les soirées à thèmes se faisaient de plus en plus nombreuses au boulot et je n'avais plus une minute pour mes études. Or, si il y a bien une chose primordiale dans ma Da Nee vie, c'est bien mes études...enfin la physique plutôt. Vous savez toutes ces formules de math' toutes les plus emmerdantes les unes que les autres ? Bah c'est mon truc. Cheveux attachés, fausses lunettes sur le nez, j'étais parée à étudier. La bibliothèque de la Fac me fascinait tant par sa diversité en matière de livres que par son manque d'étudiants de la classe artistique, ou des teubés. En fait, on trouvait une grande majorité de Petalous, et je m'en amusais ouvertement. Sûrement les autres élèves craignaient de s'aventurer en terrain inconnu, peu habitués à étudier. Je n'étais pas très impliquées dans toutes ses histoires de clans, mais je l'étais assez pour savoir qu'aucun ne s'entendait parfaitement bien avec les Petalous. Ces sectes étaient un peu flippantes, mais il fallait avouer qu'elles mettaient un brun de vie dans cette Fac'. D'une main, j'effleurais les ouvrages de Physique en soupirant. Bizarrement je n'arrivais pas à me concentrer, mais je savais que je n'avais pas d'autre choix. Sans être vraiment sûre de moi, je choisis un ouvrage et allais m'installer à une table au milieu de la bibliothèque. Au moins l'endroit était calme et...tiens, le président de la secte des schtroumphs en personne. Premier reflex, baisser la tête. Je n'avais pas pour habitude de me faire remarquer à la fac, et ce n'est pas maintenant que ça allait changer. Mais sa présence ici m'intriguait... non, IL m’intriguait. Ce gars était réputé pour être aussi futé qu'un âne, alors que pouvait-il bien faire ici ? Oh, merde. Lorsque je le vis s'approcher, je m'empressais de me replonger dans mon ouvrage. A sa première remarque, je restais concentrée, ou du moins faisais semblant, et ne pris pas la peine de lever un sourcil. Pourquoi Nam Kyu Bok s'intéressait-il à l'intello de la fac ? J'eus espéré un instant qu'en l'ignorant il rebrousserait chemin, mais c'était peine perdu. Il était bien décidé à me déranger. « Premièrement, nous sommes dans une bibliothèque et non en plein rencard, ton nom ne m'intéresse absolument pas, deuxièmement je ne suis pas intéressée par vos sectes de voyous et enfin troisièmement, je pense que tu n'as jamais vus une femme aussi plongée dans ses bouquins de toute sa vie, tu devrais donc la laisser tranquille dans les secondes qui suivent et repartir d'où tu viens. » Ses paroles qui suivirent me firent sourire, il était tellement confiant que s'en était mignon. Je levais les yeux au ciel, et tendis ma main pour attraper un dictionnaire. Je l'ouvris à la page « alchimie » et lui glissa sous le nez avec un sourire en coin. « Vous deviez revoir votre définition d'alchimie, monsieur le président. » Je fermais mon bouquin en soupirant, et me relevais. Je pris mes affaires, passa mon sac sur mes épaules et pris bien soin de me glisser derrière lui avant de partir.  Je posais mes deux mains sur ses épaules et les pressaient en sachant pertinemment qu'il apprécierait cette tentative d'approche. Je me penchais tout près de son oreille droite, et y murmurais discrètement « J'espère au moins que tu sais te servir d'un dictionnaire... » Sans en attendre plus, je me tournais avec un sourire en coin, et m'empressais de dégager le passage. Ok, je l'avais peut-être jouer blondasse bonnasse là ? Habillée et coiffée comme ça, on en était pourtant encore loin. Ohmygad. Coincée entre deux rangées de livres, je reposais mon ouvrage et en profitais pour remettre mes idées en place. Fuck. Qu'est ce que je foutais au juste ? Il suffisait de trois paroles échangées avec un presque inconnus pour me rendre nerveuse. Je n'avais pas très envie de me faire remarquer, surtout pas à la fin de l'année. L'ultime solution qui me restait ; fuir la barquette.




If you would be loved, love and be lovable.
« Act like a Lady, think like a Boss »
And they say she's in the Class A Team stuck in her daydream, been this way since eighteen but lately her face seems slowly sinking, wasting, crumbling like pastries. And they scream the worst things in life come free to us.
Revenir en haut Aller en bas


ksos professionnel
avatar
Nam Kyu Bok
PRÉSIDENT TROP SWAGG
Voir le profil de l'utilisateur
POINT : 862
MERDES LAISSÉES : 610
ÂGE : 26

MessageSujet: Re: ton regard de braise me rend merguez Mer 18 Juin - 21:56

J'ai regardé tout autour de moi à la recherche d'un potentiel moustique qui l'aurait piqué parce que miss intello enchainait les remarques piquantes. Et même si je me serais bien arrêté deux minutes pour souligner l'intensité de mon génie comique j'avais quand même une autre urgence à régler. Je savais que j'étais hyper impressionnant mais à ce point ! J'écoutais pas franchement ce qu'elle me racontait à vrai dire, je l'observais avec attention ; lunettes, cheveux attachés, bouquins ouverts, cette meuf était un cliché ambulant. Plus péteuse tu meurs ! Et puis la v'la qui me tend un dico sous le nez, étonné je l'ai regardé faire et sans vraiment réfléchir je me suis penché sur la définition du mot alchimie.  « C'est très intéressant tout ça ! Si tu veux on peux s'éclater à chercher des mots coquins chez moi héhéhéhé , j'suis sûr que j'dois avoir un dictionnaire quelque part dans ma chambre ! » Sauf qu'au lieu de me sauter dans les bras en me hurlant à quel point mon idée était géniale, elle a fait tout le contraire. Elle m'a susurré quelques mots doux à l'oreille avant de  se barrer sans prévenir. HAHAHAHAHAHA. Comme si j'allais la laisser s'en tirer comme ça! J'me suis levé pour la rattraper, et ait enchainé la discussion comme si de rien n'était.  « Tu viens souvent ici ? OH TU CONNAIS SUREMENT MON COUSIN ! Il est dans ta frat' aussi ! Enfin j'suppose que t'es une pétalous... Y'a que vous qui puissiez trouver  cet endroit intéressant … Enfin pas que moi j'le trouve chiant à mourir mais j'préfère quelque chose de plus... bruyant !  » J'ai enroulé mon bras autour de son épaule.  « J'aime bien voir des gens, parler tout ça... l'autre fois avec Jegalou on a même fait connaissance avec deux gars qui nous ont cambriolé ! Sur le coup on pensait que  c'était des potes à sa frangine, quand ils nous ont attaché à une chaise on a cru qu'ils voulaient jouer avec nous ! » Tel le renard rusé, je me suis un peu écarté d'elle pour prendre un livre au hasard et faire style de bouquiner alors que j'étais juste en train de penser à ce que j'allais lui dire ensuite.  « Tu veux toujours pas me dire comment tu t'appelles ? T'as pas à avoir peur tu sais ! J'suis pas qu'un mec séduisant, je sais aussi écouter ! Tiens quand j'étais gamin une fois y'a eu un électricien qui s'est ramené chez nous pour réparer le frigo. Il avait demandé à ma mère qui était le dingue qui avait branché notre frigo. Et bien sûr, celui qui avait fait le branchement, c'était le padre. Au lieu de bricoler comme tous les autres pères, le mien préférait parler sentiments ou machins comme ça !  J'me demandais tout le temps pourquoi il pouvait pas être un père normal, comme dans le temps ?? Remarque j'dis pas non plus que j'ai envie d'être un gars de l'époque, avec les nanas sapés en dentelles et les mecs la bouche super pincée qui l'ouvrent jamais même s'ils ont une méga tumeur au cerveau.Tu me suis ?? » Y'avait tout un tas de gens qui me regardaient bizarrement, d'autres qui osaient même de me demander de me taire !! Non mais où est-ce qu'on est au juste ici ?? Dans une bibliothèque ou au goulag ??? Je me suis rapproché à nouveau de mademoiselle l'inconnue pour lui faire ma tête de chien galeux ;  « Bon tu me donnes au moins ton numéro steuplaiiiiiiiit  » Le tout pour le tout !




Revenir en haut Aller en bas


ksos professionnel
avatar
Yoon Da Nee
BRAIN, BOUQUINS
Voir le profil de l'utilisateur
POINT : 132
MERDES LAISSÉES : 110
ÂGE : 26

MessageSujet: Re: ton regard de braise me rend merguez Ven 20 Juin - 13:59

Shit.  Moi qui jusque là avait toujours réussis à m'en sortir parfaitement bien, je m'étais retrouvée coincée dans cette bibliothèque avec un pot de colle à mes trousses. Aish, qu'avais-je bien pu faire pour mériter ça ? Le pire voyez-vous, c'est qu'il ne faisait pas que de me suivre PARTOUT, non, il fallait en plus qu'il débite des phrases et des phrases sans même me laisser le temps de répondre. Il passa son bras autour de mes épaules, et continua son monologue comme se de rien était. Bien évidemment, il n'allait pas rester longtemps sur mes épaules. En soupirant que les hommes étaient tous les mêmes, je pris son bras et le retira. Ni trop rapidement, ni trop lentement, histoire de lui montrer qu'il ne m'avait pas encore foutue à bout. «  La seule chose bruyante que je vois ici, c'est toi. » Ouh, vive la répartie Da Nee. Hum. Le livre que j'avais dans les mains était incapable de m'intéresser assez pour l'ignorer, et ça, ça me frustrais terriblement. Je le reposais, et scrutais la rangée avec un semblant d'intérêt. Mais lorsque je le vis se munir d'un livre, mon sourire narquois refit surface. « Si tu cherches les livres à images, tu n'en trouveras pas ici... » Mais évidemment il était repartis pour un tour. Aish, jamais je n'arriverais à travailler avec ce gars là. « Non je ne te suis pas, et excuse moi sincèrement de ne porter aucun intérêt à électricien qui est venu réparer ton frigo quand t'étais gamin, ni à ton père qui préférait parler sentiments ou je ne sais quoi et encore MOINS  aux nanas sapées avec de la dentelle blablabla.  Dis moi... est-ce que tu te souviens au moins de tout ce que tu dis ? Non mais parce que ton débit de paroles m'impressionne, vraiment. »  Partout autour de nous, les élèves nous regardaient et nous faisaient signes de nous taire. Attendez une minute... ils n'allaient tout de même pas me placer dans le même sac que lui ? Naaaan... « Si tu pouvais faire un peu moins de bruit pour éviter que ces élèves m'associent à toi, ce serait sympa. » Et le voilà qui recommençait. Mon numéro ? Je levais les yeux au ciel – pour la dixième fois en une demi-heure- et lui prit son portable. Là, je m'empressais d'ouvrir le mémo, et d'y inscrire quelque chose. Malheureusement, l'inspiration ne vînt pas. Je restais devant l'écran, à le fixer une fois sur deux. Kyu Bok, écran, Kyu Bok, écran...inspiration ? Je ne voulais en rien lui donner mon numéro, mais la tentation d'y écrire un « va mourir » y était tentante. Oui mais voilà, juste quand j'avais son téléphone en main, une des responsables de la bibliothèque déboula en furie. « Mademoiselle Yoon Da Nee, et monsieur...Nam Kyu Bok, tiens donc. Ravie de vous savoir ici au moins une fois dans votre vie, monsieur. » Bim. Je savais que cette femme était droite, mais à ce point là, je ne pensais pas. Elle allait devenir mon idole. « Quand à vous mademoiselle Yoon, je dois dire que je suis relativement déçue par votre manque de respect dans cette bibliothèque. Je vous prierais tous deux de bien vouloir sortir d'ici, cet endroit n'est pas une foire et encore moins une salle d'arcade pour vos téléphones portables. » Aie, ça pique...Moi qui avait toujours su garder une bonne image dans cette bibliothèque, voilà qu'en une demi-heure à peine tout était à refaire. Je fis une rapide courbette, lançais un regard noir à Kyu Bok qui s'en amusait très certainement (comme toujours) et quittais les lieux sans me faire attendre. Une fois un peu écarté de l'endroit, je me tournais pour lui faire face. «  Je ne sais pas si le but de ta mission est de me rendre folle, mais si ça peut te rassurer, t'as réussis ! Je te remercie pour cet après midi sensas', et figure toi que là maintenant, je vais rentrer chez moi et me remettre la tête dans mes bouquins comme je le fais si bien. Tu sais les péteux et leur no-life attitude? » Mensonges. Je passais vers lui en prenant soin de le bousculer, et empruntais le couloir. Bon, ce n'était pas totalement vrai. Il était juste l'heure d'aller bosser, et j'avais vraiment besoin de penser à autre chose. Mon boulot n'était pas vus comme un travail normal par tout le monde, mais il me permettait d'évacuer tous mes soucis, et ce juste en dansant autour d'une barre. Politiquement correct ou non, là n'était pas le problème. Je sortis du bâtiment rapidement, et me frottais la tête en pensant à ce qui s'était passé. Etais-je devenue la cible des bluings, maintenant que j'avais laissé leur président en plan ? Allait-il continuer à me suivre comme ça encore longtemps ? Aish, le soucis en ce moment, c'était bien Kyu Bok, Nam Kyu Bok. Une fois sortis de la fac, je me détachais les cheveux et les laissais tomber derrière mes épaules. Je retirais mes petits lunettes rondes et les glissais dans mon sac, et tout en le tenant fermement entre mes mains, accélérais le pas en direction de mon lieu de travail. Transformation activée.




If you would be loved, love and be lovable.
« Act like a Lady, think like a Boss »
And they say she's in the Class A Team stuck in her daydream, been this way since eighteen but lately her face seems slowly sinking, wasting, crumbling like pastries. And they scream the worst things in life come free to us.
Revenir en haut Aller en bas


ksos professionnel
avatar
Nam Kyu Bok
PRÉSIDENT TROP SWAGG
Voir le profil de l'utilisateur
POINT : 862
MERDES LAISSÉES : 610
ÂGE : 26

MessageSujet: Re: ton regard de braise me rend merguez Mer 25 Juin - 13:14

«  La seule chose bruyante que je vois ici, c'est toi. » Héhé, elle commençait à craquer. Je lui ai fais un clin d'oeil tout en continuant de lui faire subtilement la cour. C'est qu'elle était difficile à dompter cette pétalous, qui aurait cru que les cageots étaient aussi redoutables ?? Pas moi en tout cas.  « Heu ben j'sais pas, rappel-moi c'que j'disais au juste ?? » Ne me jugez pas, trop d'informations stockées dans mon humble cerveau à cet instant. Enfin elle allait me donner son numéro, un petit pas pour l'homme mais un grand pas pour le Bokal. Je la regardais limite avec les yeux qui me sortaient des orbites, j'crois que le fait qu'elle me refoule encore et encore me faisaient de plus en plus kiffer. Qui a dit que les hommes étaient moins compliqués que les nanas ?  « Tu t'en sors ?? Appuis bien sur enregistrer hein ! » Au moment fatidique, le rat dominant de la bibliothèque vint nous interrompre pour nous dire je ne sais quoi, mais contrairement à ce que l'on pourrait penser, son intervention tombait à pic. « Mademoiselle Yoon Da Nee, et monsieur...Nam Kyu Bok, tiens donc. Ravie de vous savoir ici au moins une fois dans votre vie, monsieur. »  « Coucou ! » Ensuite je me suis penché vers la désormais dénommée Danee pour lui susurrer quelques mots doux ;  « Maintenant je sais comment tu t'appelle ! » Dingue ça ! « Quand à vous mademoiselle Yoon, je dois dire que je suis relativement déçue par votre manque de respect dans cette bibliothèque. Je vous prierais tous deux de bien vouloir sortir d'ici, cet endroit n'est pas une foire et encore moins une salle d'arcade pour vos téléphones portables. » Je me suis penché de douleur en me tenant mes magnifiques bijoux de famille et tout en gémissant j'ai réussi à articuler un ; « Aïe... Aïe ! Madame arrêtez j'vous en supplie... Vous êtes en train de me casser les couilles... ! » Hugh Jackman n'avait qu'à bien se tenir. Sauf qu'au lieu d'applaudir mon magnifique jeu d'acteur Danee a filé telle la bise en dehors de la bibliothèque. Elle avait l'air assez secoué, je crois que ma performance lui avait semblé plus vraie que nature.  « Oh mais de rien ! Moi aussi j'ai passé une superbe aprem avec toi ! » et avant que je ne puisse me pencher pour lui faire mon fameux baise-main la voilà qui s'était barrée en mode yolo. Ah ouais ?? C'est comme ça hein ?? Tant pis pour elle ! Je suis retourné à l'intérieur de la morgue pour aller récupérer mes affaires quand que vois-je trainer sur la table seul au milieu de tous? Le bouquin de miss no-life. Je me suis marré intérieurement. Pas question que j'aille le lui rendre. J'ai ma fierté quand même. En fait, c'est déjà fait. J'ai pris l'objet et je lui ai couru après. Je ne comprends rien aux péteux. Comment peut-on jurer fidélité à des livres et les oublier ainsi ?  « DDDDDAAAAAAANNNNNEEEEEEEEEEEE !!!!!!» Merde, elle était passé où celle-là ? J'ai croisé trois paumés mais aucune Danee à l'horizon. Enfin y'en avait bien une qui lui ressemblait vite fais, de dos, elle avait les mêmes fringues et le même sac, mais sans les lunettes et les cheveux attachés de pucelle. Non mais j'suis sûr que c'était elle, je reconnais son popotin. J'ai activé le mode ninja pour la suivre jusque chez elle. Non je ne stalke pas, j'enquête. Si je savais où est-ce qu'elle habitait, j'avais plus de chance de pouvoir la serrer. C'était largement plus pratique que d'avoir son numéro de téléphone ! Lorsqu'elle ralentissait ou tournait la tête,je bondissais tel le lièvre derrière une voiture ou un appart. J'ai même dû plonger dans une poubelle et tout ça pour quoi ? Une fausse alerte. Merde y'avait quasiment que des bouteilles d'alcool dans celle-là !!! Mais y'a que des bars ici et...  « YAAAA C'EST TOUT COLLANT CE TRUC !! »




Revenir en haut Aller en bas


ksos professionnel
avatar
Yoon Da Nee
BRAIN, BOUQUINS
Voir le profil de l'utilisateur
POINT : 132
MERDES LAISSÉES : 110
ÂGE : 26

MessageSujet: Re: ton regard de braise me rend merguez Ven 4 Juil - 16:52

Vite Dan’, ne te retourne pas. Ca c’Est-ce que je me répétais lorsque j’entendais cet idiot de Kyu Bok me courir après. Bordel, qu’Est-ce qu’il voulait encore ? Après m’avoir faire virer de la bibliothèque, il voulait peut-être se venger ? Le cœur battant, j’accélérais le pas pour arriver au boulot. Je me tournais plusieurs fois et crut l’apercevoir, mais jamais quelque chose de concret. Je supposais finalement qu’il avait du filer et en profitait pour me glisser dans les locaux du bar où je travaillais. En un clic, je me retrouvais dans les coulisses et rejoignais ma petite loge habituelle. Non pas une loge d’artiste, fallait pas rêver, juste une pièce où les danseuses devaient se préparer. On l’appelait la loge pour se donner bon genre, mais en réalité, elle ressemblait plus à un grenier où tout y était entassé. Essayant de penser à autre chose que l’imbécile heureux, je me déshabillait pour enfiler ma tenue de soirée. Haut en V noir cachant simplement la poitrine et ouvert sur tout le dos, léger bas noir ressemblant plus à un boxer qu’autre chose, collant quadrillé, et botte noires, toute l’artillerie d’une danseuse de première partie. Ce soir, j’avais pour ordre d’ouvrir le bal. Soirée cabaret, le patron avait-il dit. J’allais donc ouvrir la soirée en débutant le chaud par une danse envoûtante au milieu de la scène. C’était la première fois que j’étais mutée aussi haut dans la hiérarchie et j’en étais plutôt fière. Je commençais à me maquiller, mes collègues me saluant au passage d’une petite tape sur la fesse, lorsque je compris que mon nouveau rouge à lèvre avait disparu. Je m’empressais d’aller demander aux filles si elles ne l’avaient pas vus, et me rappelais alors de ma fuite pour arriver jusqu’ici. Peut-être l’avais-je fais tomber au passage ? Histoire d’être sûre qu’il ne soit pas par ici, je refaisais le chemin à l’envers et suivant les coulisses, et arrivait jusqu’à la porte menant au côté extérieur, là où j’étais rentré tout à l’heure. Je l’ouvris doucement, et joncha le sol des yeux. La voix de Kyu Bok résonna alors dans ma tête, et lorsque je levais le regard, je tombais nez à nez avec celui-ci planqué dans une poubelle, un truc non identifié à la main. Je fis immédiatement demi-tour, peu importe mon rouge à lèvre. J’étais certaine qu’ainsi il ne me reconnaîtrait pas, mais je ne voulais tout de même pas risquer d’être démasquée. Pourtant, une idée farfelue me traversa l’esprit. Je me hâtais de rejoindre les filles, un sourire aux lèvres et leur chuchotais quelques mots à l’oreille. Beau jeune homme, devant la porte, l’amener à l’intérieur, show spécial. Ça, c’était les noms de codes. Excitées à l’idée de voir ça, elles se ruèrent dehors pour attraper l’individu et le faire rentrer dans le bâtiment. Un sourire mesquin sur le coin des lèvres, j’avais décidé de sortir le grand jeu. Il voulait jouer avec moi ? Et bien moi aussi. J’avais besoin d’une vengeance après tout…ou n’était-ce pas qu’une simple excuse que je cherchais à me donner ?  Le show allait débuter, et j’étais plus excitée que jamais à l’idée de lui retourner le cerveau.

« ….THE LAAADIES SHOW »




If you would be loved, love and be lovable.
« Act like a Lady, think like a Boss »
And they say she's in the Class A Team stuck in her daydream, been this way since eighteen but lately her face seems slowly sinking, wasting, crumbling like pastries. And they scream the worst things in life come free to us.
Revenir en haut Aller en bas


ksos professionnel
avatar
Nam Kyu Bok
PRÉSIDENT TROP SWAGG
Voir le profil de l'utilisateur
POINT : 862
MERDES LAISSÉES : 610
ÂGE : 26

MessageSujet: Re: ton regard de braise me rend merguez Ven 11 Juil - 15:35

Dans la rue, caché dans une poubelle. Ma vie n'était ni plus ni moins qu'une histoire foireuse pour les dingues. J'vous jure que y'a même pas cinq minutes, devant moi, deux ivrognes étaient en train de danser la salsa, dehors, genre... Normal. Le gars avait une caisse de vin sous le bras. La première chose qu'il a fait quand il a vu qu'il avait du public, c'était de me demander d'applaudir, chose que j'ai faite non sans hésitation. Après quoi, il m'a dédié une chanson et s'est mis à rire comme une demi douzaine de bossus en chantant kumbaya. Honnêtement, ces gens-là vivent sur quelle planète ? Et deuxième question, la planète ne pourrait pas être encore plus loin par hasard ? J'avais quand même réussi à perdre la trace d'une péteuse alors que j'avais jadis prouvé que moi, le grand et humble Nam kyu Bok, était imbattable question stalkage. Je ne vous cache pas que cela me rendait tout de même un brin fébrile. Je ne sais même plus depuis combien de temps j'étais parti, et d'ailleurs, est-ce que quelqu'un se souciait de mon sort ? Et pourquoi est-ce que je tenais toujours ce truc dans la main moi ? Soudain, je la vis. Elle. Cette sublime créature ô combien sexy et sauvage. Trop dommage qu'elle ne m'ait pas aperçut dans un meilleur contexte, tout ce que j'ai réussi à faire quand elle m'a vu c'est de la regarder en mode hurluberlu. Je crois que ça l'a fait fuir, elle s'est tout de suite barrée, et moi j'étais encore dans cette putin de poubelle.  « Hé mais... Atteeeeeeeends... ! » Je crois qu'il fallait me rendre à l'évidence, je suis manifestement moins séduisant que l'époque de naguère, où toutes les filles se battaient pour sortir avec moi. D'ailleurs cette époque est tellement lointaine que j'en viens à me demander si tout ça n'est pas qu'un pur fantasme. Dépité j'ai bu une gorgée de la bouteille qui était collée à ma main depuis toute à l'heure avant de tilter et de tout recracher tel le recracheur.  « Yah mais c'est dégueulasse ce truc !!! » Je suis sorti de mon abris de fortune et étais sur le point de rentrer chez moi quand trois meufs quelque peu vêtues mais super canons m'ont embarqué je ne sais où. Sur le coup j'me suis demandé si j'étais en train de rêver, ou si c'était un des effets secondaires du machin que j'avais avalé juste avant. Mais non. Peut-être que mon sex appeal n'était pas encore périmé ! Ces nanas m'ont littéralement mis la main au cucu pour me trainer à l'intérieur d'un bar.  « Héhéhé doucement mesdemoiselles y'en aura pour tout le monde ! Et comme vous vous montrez plus qu'entreprenantes je suppose que c'est vous qui m'invitez hein ! » Sauf qu'elles ont disparut à la seconde où j'me suis sagement posé sur une chaise.  « Vous allez où ??? » Quelque chose me dit que je ne devrais plus me fier au sexe faible sous prétexte qu'elles ne portent pas de pantalon. J'avais jamais mis les pieds dans c'bar, et ça avait l'air de se voir vu les regards que j'me prenais par les pauvre chiens en chaleur autour de moi. Heureusement qu'un vieux fou avait gueulé dans un micro un sois disant show parce que j'vous jure que j'me les serais tous fais ces mecs-là, à me juger du regard à la Long Syuhei ! Oh mais, c'est pas la nana de toute à l'heure sur scène ?? Celle qui a filé telle la bise quand elle m'a vu caché dans une poubelle ?? MAIS SI C'EST ELLE !! Je me suis mis debout sur ma chaise pour lui faire des grands signes en gueulant  « HE HOOOOO !!! COUCOUUUU !!! TU TE SOUVIENS DE MOI ????? ON S'EST CROISE TOUTE A L'HEURE, LE GARS DANS LA POUBELLE !!! OUAIS C'EST MOI !! »




Revenir en haut Aller en bas


ksos professionnel
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ton regard de braise me rend merguez

Revenir en haut Aller en bas
 

ton regard de braise me rend merguez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» sourcils peu fournis et conseil pour agrandir le regard
» Le regard d'un animal à grandes oreilles
» ça me rend tellement heureuse...
» La collection qui rend fou mon banquier,ma mère mais pas mon homme!!
» Etre de gauche rend-il intolérant et peu généreux ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KSOS 4 L!FE :: bibliothèques et espace culture #-